2 septembre 2014 : INDEED fait cap sur les mers du sud

 Mardi 2 septembre 2014, 18h00 – J’ai appareillé il y a 2 heures : le pays bigouden est à tribord, cap sur le Cap Finisterre.

 

Fin juillet, j’étais décidé à vendre le bateau, j’annulais tout, avec un stress qui me nouait l’estomac. Je m’organisais déjà des projets de rechange, fourgonnette façon camping-car, voyages vers le Cap Nord ou l’Europe centrale, nouvelle maison à Tréboul avec vue sur la mer et les rochers… Aujourd’hui je pars, Pierre, Michèle et ma Maman m’ont largué les amarres, plus de stress, mais je crois que je n’arrive pas à réaliser que je quitte Quimper pour un an. Je dois faire un blocage…

Je pars vraiment à l’aventure, je ne sais pas jusqu’où j’irai ni dans quoi je m’engage. En fait je crois que j’ai décidé de ne plus me poser de questions. On verra, Je me poserai les questions quand les problèmes se poseront.

Le projet : Madère–Canaries–Cap Vert, Brésil, Guyane, Antilles, Bermudes, Açores et retour à Douarnenez en juillet 2015. Qui sait, peut-être que dans 3 semaines je fais demi-tour, ou bien je passe le canal de Panama et cap sur le Pacifique, tout est possible !

un clic pour agrandir
Pierre, Michèle et Maman au pied de la tourelle du Coq à l'embouchure de l'Odet - si si, regardez bien !

Mais tout de même… Pierre, Michèle et ma Maman (qui a fait 1000 km pour agiter son mouchoir aujourd'hui !)  sur le ponton de Bénodet, et depuis, un message de Raph, un coup de téléphone de Noëlle, un SMS de DomGrap, un coup de téléphone de Claude L, un autre de Luc, avec la côte déjà perdue de vue… Pas facile de partir en catimini !

    21h00, des dauphins jouent autour du bateau depuis 20 minutes, c’est un spectacle  toujours fascinant, je ne m’en lasse pas.

 Je guette, avec le système AIS sur l’ordinateur, les bateaux de pêche et les cargos invisibles à l’horizon, c’est magique, et eux me voient aussi, ce qui est très rassurant. Je n’arrive pas à imaginer cette prolifération de bateaux, sur cet océan qui paraît désert.

un clic pour agrandir
l'écran de mon ordinateur : la croix rouge c'est INDEED, le trait rouge c'est ma route et autour, des bateaux partout !

Un mot pour les terriens sur l’AIS (Automatic Identification System) : depuis 2010, les bateaux de plus de 15 mètres (en dessous de cette taille, c’est au choix) sont obligés d’émettre un signal radio qui décrit leur situation : leur nom, leur longueur, leur cap, leur vitesse, et même leur destination ou ce qu’ils transportent… J’ai un ordinateur à bord avec les cartes marines électroniques, un GPS y affiche la position et le cap de INDEED, et l’AIS connecté affiche tous les bateaux qui naviguent autour de moi, y compris ceux qui sont bien loin au-delà de l’horizon, et donc invisibles. Eh bien je vous le dis tout de go, sans ambages et catégoriquement, ce machin-là a transformé la navigation de plaisance au même titre que le gouvernail, la voile, le pilote automatique et le GPS !

Je suis en train de faire la sieste, une cloche sonne pour m’avertir qu’un pétrolier de 280 mètres de long va me couper en 2 dans une demi-heure, paisiblement je me lève, je vais modifier mon cap de quelques degrés et l’écran m’indique que je passerai sur l’arrière du monstre, à 0,18 milles nautiques…

1ère nuit en mer en solitaire depuis bien longtemps, je retrouve les petits sommes d’une demi-heure, réglages de voiles dans l’obscurité et puis retour au dodo… Avec Raphaël, l’année dernière, on assurait une vraie veille toutes les nuits en mer, chacun son quart pendant 3 heures, et finalement le temps de sommeil était bien court. Là, le minuteur sonne toutes les 30 mn, je me lève, un coup d’œil sur l’horizon, et hop sous la couette.

Mercredi 3 septembre : pas un nuage, il fait plutôt frais, la mer est un peu agitée, vent d’est, tout ça est impeccable.

Je suis quand même un peu hagard, je lis quelques pages, je fais des petites siestes, je grignote, je n’ai pas encore trouvé mon rythme pendant la journée.

 

2ème nuit en mer, moteur une grande partie de la nuit, je dors par petits paquets, mais je dors, en fin de compte !

Jeudi 4 septembre : pas de vent, la mer s’aplanit. Un voilier à l’horizon. Et une baleine à bosse émerge à 30 mètres du bord, en respirant et en soufflant tranquillement. Émotion.

 

un clic pour agrandir
pauvre petit moineau...

 Un petit moineau ébouriffé s’est posé sur le pont, mais je lui interdis d’entrer dans le bateau, ce qui le scandalise ! Il tente plusieurs fois sa chance, mais le méchant du bord le chasse…

 

Comme je me traîne un peu, mes calculs me font arriver samedi matin, après 4 nuits en mer.

La nuit tombe, une baleine me salue, et une autre encore.

 

Vendredi 5 septembre : pas de vent, moteur depuis je ne sais plus combien d’heures. 6 heures du matin, nuit noire, La Corogne est à 67 milles nautiques bâbord, et j’approche d’une zone associée à un souvenir terrifiant pour Raphaël et moi il y a un peu plus d’un an : un gros bateau de pêche nous fonçait dessus délibérément, et il s’en était fallu de peu, de quelques mètres, avant qu’il ne nous expédie par le fond. 3 mois plus tard, un copain de ponton nous avait dit, au détour d’une conversation, que c’était un jeu habituel des pêcheurs espagnols ! Glurps…

un clic pour agrandir
toujours magnifiques !

Beau temps, mer lisse, un vrai miroir, moteur, moteur, moteur. Mais l’avantage est que je vois arriver de loin les cétacés, et il va y en avoir ! Des dauphins, qui viennent jouer sous l’étrave ou se faire masser le museau par les remous de l’hélice, qui repartent et reviennent une heure plus tard. Et puis les globicéphales, ces gros dauphins noirs à tête ronde, paresseux et nonchalants, qui restent en surface, groupés et tranquilles. Et puis cette baleine et son baleineau qui passent à quelques dizaines de mètres, et puis ces souffles puissants que j’entends non loin, alors que la nuit est tombée.

J’ai la sensation d’être bloqué en mode sourire, béat !

 

Dernière nuit, j’ai ralenti mon allure pour ne pas arriver dans l'obscurité. Je commence à voir les phares de La Corogne, la mer se creuse et s’agite à l’approche du Cap Finisterre, toujours de mauvaise réputation. Au petit matin, le vent a monté, et à quelques milles nautiques du port, quelques grains viennent rincer le pont.

Samedi 6 septembre, 10h, le capitaine du port de Camariñas m’aide à amarrer INDEED, ça souffle, il pleut mais tout est bien.

À bord de INDEED, à Camariñas, lundi 8 septembre 2014

 

"Derrière l'horizon", le DVD qui retrace 20 ans de navigation autour du monde de Bruno et Catherine à bord de Nosy Bé

Depuis 20 ans, Bruno et Catherine naviguent autour du monde, à bord de leur Romanée Nosy Bé. J'ai croisé leur route à Tahiti en 2007-2008.

Si vous voulez visionner ce DVD évènement qui retrace leurs aventures, commandez-le d'un mail à contact@jourjproductions.com

28 € (25 € + 3 € de port en France métropolitaine).

Arlette Girault-Fruet a obtenu

le Grand Prix de la Mer 2015 pour

"La Non Trubada, la question des îles errantes dans les navigations d'autrefois"

octobre 2014 - CLASSIQUES GARNIER.

Toutes nos félicitations, Arlette.

Allez voir la page "Les îles perdues", on y parle de ce livre superbe, un bel objet. Et aussi de Tintin !

 

Les bonus vidéos

INDEED en mer d'Iroise

Quelques images d'Indeed dans les îles de la mer d'Iroise, avec le dauphin Randy à l'île de Sein en invité surprise.

Transat retour Açores - Bretagne :

Ambiance de la transat retour Açores-Bretagne, dans le carré, sur le pont ou devant l'étrave, il y a toujours quelque chose à voir.

Indeed au Royaume de Redonda - Une île déserte, et pourtant elle a un roi depuis le 19ème siècle. Une drôle d'escale.

Petite Terre - Sargasses, iguanes et barracudas -  Une réserve naturelle très protégée au sud-est de la Guadeloupe.

 La vie du récif des îles de Gwadloop - Un vrai bonheur de plonger sur le récif - un bonheur ? Non, un enchantement !

un clic et c'est parti sur Youtube

Les dessous d'Indeed, tout ce que vous avez toujours voulu voir d'Indeed sans jamais le pouvoir, parce que vous avez peur de mettre la tête sous l'eau !

un clic et c'est parti sur Youtube

Serpents de mer et colibris - le bonheur de voyager sous les Tropiques, c'est de contempler des animaux qu'on ne connaissait que dans les livres ou au cinéma, dans l'eau, dans l'air, sur terre.

un clic et c'est parti sur Youtube

Quelques vues du Carnaval des écoles à Trinidad & Tobago.

un clic et c'est parti sur Youtube

 INDEED et les dauphins, un rêve marin en vidéo en un clic.

Allez aussi voir les journaux de bord du mois d'août 2014 : Molène, Le Port Rhu, les Glénan...

"Favet Neptunus eunti" : "Neptune est favorable à ceux qui voyagent" !

Rue du Treiz à Douarnenez

48°05' Nord / 4°20' Ouest